AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Amazon Music Unlimited offert pendant 3 mois
Voir le deal

 

 Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}

Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaël J. Draycott
Élève de 7ème année à Gryffondor
Élève de 7ème année à Gryffondor
Raphaël J. Draycott

Messages : 21
Date d'inscription : 18/02/2010

Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Empty
MessageSujet: Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}   Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Icon_minitimeJeu 18 Fév - 12:03

Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Vcrsrk

{I} Carte d'identité


  • Prenom(s): Raphaël Joshua
  • Nom: Draycott
  • Surnom: Raph
  • Âge: 17 ans
  • Lieu de naissance: place de Isafjördhur, en Islande
  • Date de naissance: Quatorze juillet ; s'il avait pu choisir son arrivée, il serait né un vingt-cinq décembre, histoire de se la jouer messie des temps modernes. Mais ses goûts trop prononcés eurent raison de son orgueil : il hait l'hiver.
  • Nationalité: anglo-islandaise



{II} Ses relations


  • I love you:
  • :
  • :
  • :
  • -:
  • - -:
  • - - -:


{III} Autres


  • Animaux de compagnie: Un hibou aux plume bronze nommer Riky
  • Domicile: Un Manoir
  • Soucis magiques : Aucun
  • Patronus/Animagus: Lycaon x2
  • Baguette: Elle doit mesurer dans les deux cent soixante-seize millimètres, sculptée dans du bois noir, bois d'Acacia pour être plus précis, dont la provenance est australienne. Elle demeure gravée de ses initiales, un luxe que voulut à tout prix lui offrir son père quand du haut de ses onze ans il n'en avait en vérité rien à cirer. Elle contient à l'intérieur un crin d'Yggdrasil ; cheval islandais à six pattes que l'on qualifie chez nous de "cheval d'Odin".
  • Autres objets: Aucun


{IV} Hos rpg


  • Prénom: Niark Niark
  • Âge: Niark
  • Présence sur le forum: 4/7
  • Comment avez vous decouvert le forum: Niark Niark
  • Avez vous vu les film ? et lut les Tomes HP ? Oui
  • Personalité sur votre avatar: Ian


Dernière édition par Raphaël J. Draycott le Jeu 18 Fév - 13:08, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël J. Draycott
Élève de 7ème année à Gryffondor
Élève de 7ème année à Gryffondor
Raphaël J. Draycott

Messages : 21
Date d'inscription : 18/02/2010

Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Empty
MessageSujet: Re: Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}   Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Icon_minitimeJeu 18 Fév - 12:03

Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} 2gvn884

{V} Information personnelle




  • Activité: Elève


••• ONE ; In examinations, the foolish ask questions the wise cannot answer.

    La folie n'est pas tant effrayante, lorsque l'on sait la cerner. Je me suis toujours convaincu du fait qu'un fou était plus heureux qu'un homme sain d'esprit : il vit dans son monde et personne ne vient percer sa bulle.
    Raphaël ~ extrait de son journal.



    Asile : toit promptement nomme ainsi pour abriter non pas les simples d'esprit, ni même ceux dont on jure que la façon de penser est anormale, aucune définition d'aucun dictionnaire ne faisait le poids à mes yeux. Ma mère n'était pas internée dans les locaux psychiatriques de Ste-Mangouste, elle était à l'hôpital depuis quelques années déjà. Je me souviens de ce jour-ci comme si c'était hier, car il marqua les prémices de mon reniement total envers ma mère qui pourtant m'aimait tant. Ce vingt-quatre Janvier fut celui où officiellement, du haut de mes neuf ans, je devins un ingrat fiché d'un manque de reconnaissance totale pour tout et pour tout le monde. Comme tous les samedis, je venais rendre visite à ma mère en compagnie de mon paternel. L'odeur écoeurante de ces médicaments donnés à outrance et la puanteur de la maladie et de la douleur suintant par tous les pores du mur me donnaient la nausée. L'hôpital grouillait de gens pressés, une véritable fourmilière bien réglée et régentée à la minute près : lorsque la petite aiguille de la trotteuse aura passé midi, Miss Herfire passerait le seuil de la porte en scandant un : "L'Apocalypse, l'Apocalypse ! Je suis l'ange de l'Apocalypse". D'ailleurs la pauvre vieille n'avait pas tardé suite à ce spectacle habituel, après avoir crié ces prédilections diaboliques, à se battre comme une démente contre une infirmière, m'arrachant un sourire amusé sous l'oeil réprobateur de mon père. Mon père qui d'ailleurs, demeurait un médicomage reconnu de Ste-Mangouste. Nous avancions donc dans les couloirs puant l'amoxicilline et autres substances médicamenteuses ; la magie ne parvient pas toujours à soigner ses patients.

    Nous étions arrivés dans cette chambre pourvue de blanc seulement, comme si les aliénés ne supportaient pas d'autres couleurs. Comme à son habitude, mon père alla se poster auprès du lit de ma mère, lui tenant la main dans une douceur infinie. Et comme à mon habitude, je pris place dans un fauteuil, le regard indifférent porté sur le livre de mathématiques que je venais de sortir de mon sac. Le samedi n'était pas chose aisée pour moi ; aller voir ma mère, folle à lier, qui ne se rappelait ni de mon nom ni même de mon existence, me serrait le coeur à tel point qu'au fil des mois, j'avais appris à esquiver la douleur : je ne la regardais plus dans les yeux. Car elle ne se souvenait ni d'avoir un fils, ni d'avoir un mari, et tous les samedis elle levait ses grands yeux verts dans un sourire divin, car dieu que sa beauté était transcendante, nous répétant encore et toujours la même question : Qui êtes vous ? Et la voir oublier de mon nom jusqu'à mon existence me mettait hors de moi, bien que je demeurai serein extérieurement. Car j'en voulais à ma mère, terriblement, d'avoir voulu mettre fin à ses jours. Elle qui, pourtant, avait une vie parfaite ; une famille aimante et une maison de rêve... J'ai conscience pourtant que le bonheur n'est qu'illusoire, l'on ploie tous sous le poids des soucis qui nous rongent malgré ces sourires qui nous affirment que tout va bien. La race humaine n'est pas simplement atroce, elle est aussi hypocrite. Ma mère l'avait été jusqu'au bout, feintant être complètement heureuse lorsque, assaillie par la douleur de perdre son propre père dont elle était si proche, elle décida de mettre fin à ses jours. Une tentative qui échoua et qui la transforma en légume.

    Mon père se tourna vers moi dans un soupir agacé ; il supportait difficilement de me voir non chalant et froid lorsque la situation était difficile pour nous tous. Aussi, exténué par mon indifférence agressive, il me somma de l'attendre dans le couloir. Je ne me fis pas prier, et embarquais mon sac se ballottant contre mon épaule, livre sous le bras et airs de petit prince ténébreux véritablement las. Prenant place sur une chaise posée dans le couloir non loin de la chambre à la porte entrouverte de ma mère, je fus bientôt rejoint par un camarade de classe que je connaissais déjà. Sorcier, lui aussi, venu rendre visite à son grand-père atteint d'une dragonnite aiguë dont il enjolivait les terribles symptômes. A mon sens, son grand-père n'était atteint que de la goutte ; c'était un alcoolique notoire terriblement pervers qui jappait des gémissements de plaisir à la vue d'une belle blonde ou d'un verre de vodka. Me rappelant la morale terrible de mon père sur la diplomatie, je ne lui fis pas part de mes pensées que je trouvais pourtant fort amusantes, et commençais la conversation avec Josh. Mais l'enthousiasme des retrouvailles avec mon ami fut vite brisée par la voix de mon père qui parvint jusqu'à moi : il scandait mon nom avec entrain. Lorsque je relevais la tête, je le vis sortir en compagnie de ma mère, si belle et éthérée dans sa chemise de nuit blanche immaculée. Mes parents restèrent sur le seuil de la porte, et bientôt mon paternel tourna les talons dans une course effrénée, sans doute à la recherche de quelques infirmières quant à sa "trouvaille" du jour : ma mère avait, aujourd'hui, fait preuve de quelque chose qu'elle ne faisait pas habituellement ; elle nous avait reconnu... Du moins en partie. Je demeurais silencieux, mon regard noisette braqué sur cette femme si belle qui me souriait. Et alors vint ses mots si terribles, m'enserrant le coeur dans une douleur, une tristesse et une joie farouche.

    -- Raphaël... Raphaël c'est toi ?

    Un détail pour vous, un énorme pas en avant pour elle et nous. C'était la première fois qu'elle prononçait mon nom sans que je n'avais à le lui répéter sept ou huit fois. Dans son regard brillait cette douceur que je n'avais plus vu depuis tant d'années. Puis, la voix de Josh, railleuse et amusée, me sortit de ma léthargie. Et avec elle, toutes mes pensées s'envolèrent.

    -- Cette folle, c'est ta mère ?
    -- Non. Je ne la connais pas. Bon tu viens ?

    La fixant une dernière fois dans les yeux, je sautais de ma chaise avant de fourrer mon livre dans mon sac et de tourner les talons en compagnie de mon ami. Plus jamais, je n'entendis de nouveau ma mère faire preuve d'un début de lucidité. Elle ne sortit pas de sa folie, tandis que je m'engouffrais dans la haine à son encontre, infondée et ingrate.



••• TWO ; de l'importance d'une vie débauchée.


    Je voulais atteindre les sommets du pouvoir, construire ma vie tout en m'amusant. Je devins le prince des débauchés ; ma petite bande et moi-même nous érigions en tant que figures incontournables de la génération vodka et musique sourde. Aucun adulte ne nous a jamais autant détestés que ceux qui aimaient faire régner l'autorité.
    Raphaël ~ extrait de son journal.





    -- Raphaël, ton QI frôle le génie.

    Wow, non c'est vrai ? Sérieux la révélation du jour changeait ma vie, merci m'sieur huit-ans-d'études-derrière-le-bac de me sortir un fait que je connaissais déjà. Les gens sont cons, c'est pas nouveau, mais parfois certains cas vous fichent limite la trouille tant ça dégouline de connerie. L'homme faisant face devant moi était un énième médecin de Ste Mangouste, je crois bien que je connaissais ces immenses locaux par coeur tant mon père m'y trainait de force. Célèbre médecin, il voulait que je mette à profit mon intelligence exemplaire au service de la médecine, pour suivre ses traces. Ce qu'il ignorait, c'était que je voulais bien plus d'une simple couverture sociale à taux moins élevé comme reconnaissance. Je voulais faire partie des sphères très prisées du pouvoir ; ce rêve hantait mon esprit. Je soupirais face à ce psychologue qui restait agréablement surpris de mon quotient intellectuel, je n'avais que douze ans et on me disait petit génie. Mais entre nous, cela ne fut pas une révélation pour moi, pas plus que cela ne me changeait la vie. Lové dans mon "je-m'en-foutisme" corrompu, je préférais m'investir dans ma vie sociale, sans en oublier bien sûr mes ambitions. Mais quitte à être jeune, autant profiter de ma jeunesse. Au fil des ans, et au grand désespoir de mon père, je devins le fêtard incontournable des banlieues de Londres ; aucun alcool ne m'était inconnu, aucune drogue non plus malheureusement, et j'avais déjà testé toutes les marques de cigarettes, blondes ou brunes, pour n'en retenir que la Lucky à laquelle j'étais resté fidèle. Par ailleurs il n'y avait qu'envers la nicotine que ma fidélité était sans faille; les filles allaient et venaient dans mon lit sans préavis. Bientôt, par manque de temps mais aussi à force de baisser les bras, mon père n'en vint plus à me réprimander, il me laissait faire tout en abandonnant son rôle paternel. Entre nous, il n'y avait plus de communication, je n'avais jamais été très proche de cet homme trop froid, de toutes façons...

    -- C'est pas possible... C'est du 34, je devrai rentrer dedans !
    -- Mets du 36.
    -- Traite moi de grosse aussi !

    Lucy et Klay, deux de mes amis proches m'arrachèrent un sourire amusé alors que je portais une bière à mes lèvres. Je toisais la divine Lucy alors qu'elle tentait d'agrafer sa robe, et elle me rendit ce regard plein d'envie. Elle, c'était ma cousine. Délicieuse, appétissante et divine cousine. Elle m'avait toujours voulu pour elle, et en vérité la seule chose pour laquelle je lui résistais résidait dans le fait que nous avions le même sang. J'étais un débauché, mais tout de même, l'affaire de consanguinité des familles ce n'était pas mon trip le plus pur. Klay soupira avant de reprendre place derrière sa batterie, laissant Lucy pester contre sa robe devenue trop petite...

    -- C'est moi ou tu as grossi ?
    -- Quoi ? Tu crois... ?

    La phrase fétiche pour faire baliser ma cousine qui se précipita vers le premier miroir de notre squat aménagé en local de répétition dans le sous-sol de Klay. J'eus un sourire sadiquement amusé, fourrant une cigarette au coin des lèvres lorsque ma Becky me rejoignit, se calant au creux de mes bras. Rien d'une idylle, ni d'un amour, entre nous ce n'était que l'osmose parfaite d'une amitié sans faille. Eux, c'étaient ma nouvelle famille, la seule par ailleurs, et dans le fond il n'y avait qu'à Poudlard que nous parvenions à hisser nos excès de débauchés au maximum. Jamais je ne m'étais attendu à apprécier une école de la sorte, au final, et j'étais persuadé qu'ils attendaient avec impatience la rentrée des classes ; les meilleures fêtes demeuraient en Ecosse, quoiqu'on en dise.



  • Caractère:

Entre ce qu'ils disent de moi, et ce que je suis vraiment, le fossé est immense... ou pas. Je suis un jeune homme atrocement paradoxal ; je peux vous aimer avec autant de fougue que de vous haïr ; sans limite aucune et avec véhémence. Car croyez-moi, mieux vaut ne pas m'avoir comme ennemi. Je m'acharne sur mes pauvres victimes martyrs, ne leur laissant aucun répit, et je me réjouis toujours de les voir pleurer sur leur vie sociale complètement détruite. Je ne me contente pas de vous exploser les genoux comme les junkies avec leurs battes de Quidditch, je m'efforce de détruire complètement votre vie. Car je suis excessif, insouciant, agaçant, mon credo c'est celle de beaucoup de jeunes de mon âge : live fast and die young. J'aime la fête et ses débauches ; la consécration vicelarde de notre jeunesse à tous. Je négocie mes rails tracés à la black card comme je négocie les demoiselles qui vont et viennent dans mon lit ; c'est du pur trading spéculatif, je suis un business man dans l'âme. Pourtant, si l'on me voit souvent comme un salaud imbu de lui-même, arrogant et insouciant, je peux vous assurer que je ne suis pas que cela. Il y a des personnes auxquelles je m'attache, et ma loyauté envers eux est exemplaire... du moins je crois. Je suis égocentrique et fêtard, cynique et cassant ; je ne connais pas la diplomatie, c'est bon pour ceux qui s'octroient d'une vie trop plate et terne. Je suis donc toujours chaleureux, excessif et adepte des plus pures conneries avec mes amis, quant à mes rivaux ; je leur insuffle mon venin quitte à leur ronger les sangs. J'avoue que j'éprouve une satisfaction malsaine à les voir plus bas que terre, je ne suis pas une personne des plus sympathiques, et ma cruauté atteint parfois des sommets. Je blesse par les mots, atrocement, de ce fait je peux vous affirmer que je sais terriblement bien jouer d'un vocabulaire dont les syllabes vous entaillent la chair et l'âme. Quelques qualités s'imposent également à moi, hormis le fait que je sois un jeune homme extrêmement cassant, sombre et froid à mes heures : j'ai de l'ambition. Une ambition terrible qui me pousse à haïr toute forme d'échec. Voilà pourquoi parfois, ma colère vivace et fourbe vous surprend et vous effraie. Je vous hais parfois, et je me hais également de ne pas atteindre la perfection. La fin justifie toujours les moyens chez moi, et je n'hésiterai pas à faire quoique ce soit qui, à vous, vous semble immoral. Ma culture très aiguisée me permettra d'aller loin dans la vie, je le sais, mais j'avoue que je ne suis pas le meilleur élève de Poudlard malgré mon intelligence véritablement pointue : je bâcle en général mes devoirs, malgré mon potentiel, car je ne m'investis que dans ce qui m'intéresse vraiment. Et lorsque je m'investis, je me donne toujours à fond. Je suis un passionné, de tout mon être et de toute mon âme, j'excelle dans la folie des excès. On me dit parfois mystérieux, tant je ne parle jamais de moi, j'avoue que je n'aime guère parler pour ne rien dire. En résumé je suis vil, vicieux, mal élevé, insouciant, honnête, taquin, salaud, têtu, pervers, tiraillé, excessif... je suis un artiste.


  • Description physique: J'ai un physique des plus banals ; je ne suis pas fait pour faire la une d'un énième "sorcière hebdo", je n'ai rien d'un éphèbe grec ou d'un mannequin botoxé, mais l'on dit de moi que j'ai un charisme époustoufflant. Le charme... c'est ce que l'on dit des personnes qui ne sont pas belles. Entre nous, je ne me trouve ni véritablement beau, ni même franchement laid, car je vais vous avouer mon secret : je n'en ai absolumment rien à faire. Loin d'être narcissique, je ne suis pas amoureux de mon reflet, mais j'aime ces regards que l'on pose sur moi. Alors, sans doute ai-je véritablement un charme ténébreux, le truc qui fait qu'on se retourne sur mon passage, mais peut-être que ce charisme est dû au fait que je n'en ai absolument rien à faire. J'ai le teint pâle, les yeux noisette et les cheveux sombres, souvent en bataille. Je fais certes attention à mon apparence, mais toujours avec légèreté car je n'ai pas besoin de cela pour me sentir bien dans ma peau... ou non. Je ne suis pas particulièrement grand, je ne suis pas particulièrement musclé, mais j'ai pour moi un regard à vous en faire frémir l'échine et un sourire diablement séducteur. Je n'ai pas le physique d'un bel acteur hollywoodien, mais j'ai ce truc en plus. On appelle cela ; la prestance.

Revenir en haut Aller en bas
sirius o.black
Élève de 7ème année à Gryffondor
Élève de 7ème année à Gryffondor
sirius o.black

Messages : 1045
Date d'inscription : 17/07/2009
Age : 25
Localisation : Au terrain de quidditch, ou dans la salle commune

Feuille de personnage
Relations - Liens:
Dédicace: I BELIEEVEEEEE, I CAAAAAAAAN FLYYYYYYYYYYY :D
Patronus/Animagus: Hirondelle / Chien

Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Empty
MessageSujet: Re: Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}   Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Icon_minitimeJeu 18 Fév - 13:10

    Pour moi tout vas bien ( shut shut j'ai pas lu ange )
    tu es validé !! Bon jeu daance

______________________
    Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Blairnate2 Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} 1127-711
    I BELIEVE I CAN FLY . In love d'une jolie brune ; Maraudeur et très modeste =D.
Revenir en haut Aller en bas
http://soispascon.fr
Angélique Tyler
Élève de 5ème année à Poufsouffle
Élève de 5ème année à Poufsouffle
Angélique Tyler

Messages : 1714
Date d'inscription : 29/07/2009

Feuille de personnage
Relations - Liens:
Dédicace: //
Patronus/Animagus: Licorne/Aigle

Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Empty
MessageSujet: Re: Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}   Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Icon_minitimeJeu 18 Fév - 13:35

Bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Serena Tasler-Black
Elève de 6ème année à Gryffondor
Elève de 6ème année à Gryffondor
Serena Tasler-Black

Messages : 901
Date d'inscription : 01/08/2009
Localisation : Cherche moi ! =p

Feuille de personnage
Relations - Liens:
Dédicace:
Patronus/Animagus:

Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Empty
MessageSujet: Re: Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}   Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Icon_minitimeJeu 18 Fév - 21:41

Bienvenue !
Amuse toi bien Wink
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël J. Draycott
Élève de 7ème année à Gryffondor
Élève de 7ème année à Gryffondor
Raphaël J. Draycott

Messages : 21
Date d'inscription : 18/02/2010

Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Empty
MessageSujet: Re: Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}   Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Icon_minitimeVen 19 Fév - 10:18

Merci ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Joshua C. Levy

Joshua C. Levy

Messages : 4
Date d'inscription : 18/02/2010
Age : 30
Localisation :

Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Empty
MessageSujet: Re: Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}   Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Icon_minitimeVen 19 Fév - 10:32

Bienvenu ...
Revenir en haut Aller en bas
Dakota M. McCarthy
Élève de 7ème année à Serpentard
Élève de 7ème année à Serpentard
Dakota M. McCarthy

Messages : 399
Date d'inscription : 22/07/2009
Age : 25
Localisation : Belgiuuum

Feuille de personnage
Relations - Liens:
Dédicace: ...UC
Patronus/Animagus:

Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Empty
MessageSujet: Re: Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}   Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Icon_minitimeVen 19 Fév - 11:59

Welcome Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://sixteen-hate.forumactif.org
Jade Harrison
Élève de 6ème année à Poufsouffle
Élève de 6ème année à Poufsouffle
Jade Harrison

Messages : 71
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 26
Localisation : où le veut mon envie

Feuille de personnage
Relations - Liens:
Dédicace:
Patronus/Animagus: Aigle royal

Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Empty
MessageSujet: Re: Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}   Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Icon_minitimeDim 21 Fév - 17:53

Bienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Empty
MessageSujet: Re: Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}   Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER} Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Raphaël • make pretend it's 1969 forever _ended {VALIDER}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My life maraudeurs :: Administration :: Fiche de présentation :: Fiches validées-
Sauter vers: